Le travail le dimanche : une réalité pour 1 Français sur 5

Source de nombreuses controverses récentes, le travail du dimanche apparaît comme une nouveauté issue des mutations actuelles du marché du travail et de sa législation. Mais force est de constater que le travail dominical est déjà une réalité pour de nombreux Français.

Tous les secteurs économiques sont concernés

Du public au privé, tous les secteurs d’activité sont concernés par la réalité du travail le dimanche. Il est aisé de penser aux métiers qui sont de véritables missions, comme ceux de pompier, d’infirmier ou de policier. Le corps des hospitaliers est en effet composé à près de 50% de travailleurs dominicaux, tandis que près de 35% des fonctionnaires ont travaillé le dimanche entre 2018 et 2019. La Dares du ministère du Travail dévoile également, par ces chiffres, que la réalité du travail le dimanche est bien plus diverse que ce que l’on pourrait penser a priori. Ainsi, c’est l’agriculture qui se retrouve en tête des secteurs d’activités demandant le plus à travailler le dimanche, avec 70,3% des agriculteurs ayant travaillé, en 2018, au moins un dimanche. Le secteur de l’industrie connaît un travail dominical habituel à hauteur de 14,1%. Le secteur tertiaire, fort de ses différents domaines d’activité, est le théâtre de 22,5% de travail le dimanche. Ce sont les missions de l’hébergement social et médico-social qui demandent le plus à travailler le dimanche, avec 54,1% des travailleurs du secteur ayant travaillé, en 2018, au moins une fois ce jour-là. Quant aux artisans, commerçants et chefs d’entreprise, l’étude du ministère du Travail indique qu’ils sont 30,1% à avoir travaillé au moins un dimanche.

Des catégories diverses touchées par le travail dominical

En regardant la sociologie des travailleurs dominicaux, il est possible de s’apercevoir que certaines catégories sont davantage amenées (par choix ou non) à travailler le dimanche.

Ainsi, toujours selon l’étude Dares sur le travail le dimanche de 2018, les femmes travaillent légèrement davantage le dimanche que les hommes parmi la population active, avec respectivement 21,2% et 20,8% de travailleurs dominicaux. Parmi eux, ce sont les jeunes, âgés de 15 à 29 ans, qui sont plutôt amenés à travailler le dimanche (22,7%). Toutefois, le travail dominical est relativement équitablement réparti entre les différentes classes d’âge. En effet, le travail dominical est une réalité pour environ 20% des travailleurs, âgés de 30 à 39 ans, de 40 à 49 ans, ou de 50 ans et plus.

Un travail dominical parfois sollicité

Afin d’avoir un panorama le plus ample possible de la réalité du travail dominical chez les Français, il est nécessaire de se pencher sur certaines catégories qui pourraient choisir de travailler le dimanche pour diverses raisons, allant de l’absences d’obligations familiales le week-end, aux nécessités financières de la vie étudiante.

En 2013, les étudiants représentaient un septième des travailleurs dominicaux. Travailler le dimanche permet à cette catégorie de pouvoir sortir d’une certaine précarité financière, à l’heure où près de 20% des étudiants vivent en dessous du seuil de pauvreté, sans remettre en cause leur cursus universitaire.

Basé sur le volontariat dans certains cas, le travail dominical choisi est également une réalité, notamment dans le secteur du prêt-à-porter, particulièrement dans les zones touristiques internationales. Le travail dominical peut donc aussi être une réalité pour ceux qui le choisissent, étant mis en place suite à un dialogue social interne aux entreprises concernées, et en obtenant des contreparties. Ainsi, depuis 2016, tous les magasins de la chaîne de prêt-à-porter espagnole Zara ouvrent les dimanche, mettant en place des adaptations pour les salariés volontaires, en accord avec la représentation interne des travailleurs.

Toutes ces différentes situations montrent bien que le travail le dimanche est une réalité ancrée dans les habitudes d’une part importante des travailleurs français, qui connaissent un travail dominical choisi et parfois intrinsèque à la nature-même de l’emploi qu’ils occupent.