Travail le dimanche : le cas du Luxembourg

Ce 18 mai, alors que les partenaires sociaux négocient pour parvenir à un accord sur le travail du dimanche, Dan Kersch, ministre du Travail au Luxembourg a communiqué les chiffres nationaux du travail dominical.

Dan Kersch, ministre du Travail, de l’Emploi et de l’Economie sociale et solidaire au Luxembourg a communiqué, mardi 18 mai 2021, les chiffres du travail dominical. Ce bilan vient au moment où les partenaires sociaux sont en négociation pour parvenir à un accord sur ce sujet.

Des entreprises demandeuses d’une ouverture dominicale :

Pour l’année 2021, 1392 entreprises luxembourgeoises ont souhaité pouvoir ouvrir leurs portes le dimanche. Le nombre de demandes a été divisé par trois par rapport à 2020 (4029). Cette baisse est cependant à nuancer dans un contexte de crise sanitaire et de confinements associés.

La ministre pointe quatre secteurs qui mobilisent le travail du dimanche. L’industrie arrive en tête avec 376 entreprises, suivie par la finance (237), la construction (236) et enfin le commerce (187). Dan Kersch a souhaité rappeler que dans le secteur du commerce, « les employés ne doivent par exemple pas travailler plus de quatre heures le dimanche (sauf six dimanches par an) si0non les entreprises concernées s’exposent à des sanctions », explique-t-elle.

Des règles qui entourent le travail du dimanche :

Dans Kersch a profité de son intervention pour rappeler le cadre qui régit le travail dominical au Luxembourg. S’il est en principe interdit de faire travailler les salariés le dimanche, la loi prévoit néanmoins des exceptions à ce principe, comme l’accomplissement de travaux urgents. La ministre indique qu’un accord d’entreprise peut également déroger à l’interdiction du travail dominical lorsque le travail est organisé par équipes successives en cycle continu.

Il y a deux manières de rémunérer les heures travaillées un dimanche. Pour la première, l’employé a le droit à son salaire habituel et à une majoration de rémunération de 70% pour chaque heure travaillée. Sinon, est proposé au salarié un repos compensatoire et le seul supplément de 70% pour chaque heure exercée. Cette majoration de salaire est exempte d’impôt sans aucune limitation.