Ouverture dominicale des commerces : qui est pour ?

Le débat sur l’ouverture des magasins le dimanche partage les français. Selon le CREDOC, une courte majorité d’entre eux vote pour cette libéralisation. Mais alors, qui sont ces français en faveur d’une ouverture dominicale ?

C’est la guerre des tranchées dans le débat sur le travail du dimanche. Le rapport de force entre les français est équilibré, avec tout de même une courte majorité y étant favorable. Selon les chiffres du Centre de Recherche pour l’Étude et l’Observation des Conditions de Vie (CRÉDOC), 53% des français sont pour une libéralisation. Mais alors, quelles sont les caractéristiques du partisan ?

Profil type du partisan : un jeune homme actif, habitant d’une grande agglomération :

Les opinions sur l’ouverture dominicale font apparaître une scission entre les zones très urbanisées (dont Paris notamment) et celles plus rurales. Selon le CRÉDOC, « alors que 70 % des habitants de l’agglomération parisienne sont favorables ou très favorables à l’ouverture dominicale, cette proportion atteint 57 % pour les unités urbaines de plus de 200 000 habitants (hors Paris) ». Cette opinion chute à 42% pour les unités urbaines de moins de 20 000 habitants. Coté régions, avec 56% des résidents pour, la zone sud-est plus favorable à la libéralisation. À l’opposé des régions de l’ouest qui n’affichent que 31%.

« Si les hommes sont un peu plus favorables à l’ouverture dominicale que les femmes (55 % contre 49 %), l’âge se révèle être beaucoup plus discriminant : tandis que les 18-44 ans y sont favorables ou très favorables (entre 57 % et 59 % selon les âges), ils ne sont plus que 43 % chez les 55-64 ans », indique le CRÉDOC.

Le centre de recherches ajoute que les actifs sont davantage favorables à l’ouverture des commerces le dimanche (55% contre 48% pour les inactifs). « Ceci révèle l’importance de la dimension « temporelle » pour les opinions (je suis favorable car cela me permet de mieux organiser mon temps). Enfin, les individus qui travaillent dans le commerce sont en majorité favorables à la libéralisation.