Travail dominical : débat tendu entre Soan et Jean Claude Dassier sur le plateau d’On est pas couché

Il y avait de l’ambiance sur le plateau de l’émission « On n’est pas couché » ce samedi 12 octobre entre le journaliste Jean-Claude Dassier et le chanteur Soan. Alors que le premier venait défendre le travail le dimanche, le second, présent pour la promotion de son nouvel album « sens interdit », l’a vivement interpellé pour exprimer son désaccord sur l’ouverture dominicale.

Comme chaque week-end, France 2 diffusait un nouveau numéro de l’émission « On n’est pas couché ». Parmi les invités, on trouvait notamment le chanteur Soan revenu sur le devant de la scène avec son album « Sen Interdit », et le chef d’entreprise et journaliste Jean-Claude Dassier, présent pour défendre le travail dominical. Le ton est monté entre les deux hommes en désaccord total sur la libéralisation des ouvertures le dimanche.

En ouverture de l’émission animée par Laurent Ruquier, l’ex-patron de l’Olympique de Marseille a commenté une image au sujet du travail le dimanche. Il a reconnu être favorable à l’extension du droit de travailler le dimanche. « Si les gens veulent travailler, il faut les laisser faire, je suis pour la liberté du travail », a expliqué Jean-Claude Dassier.

A ces mots, Soan est sorti de ses gonds et l’a pris à parti : « Mais c’est des conneries, les gens ils ne veulent pas travailler. De l’argent ça leur suffit. Putain ! Ils vont bosser parce qu’ils n’ont pas le choix. Vous êtes fermé dans un monde qui n’existe pas », a lancé le chanteur révélé dans la Nouvelle Star 2009. « Vous, vous rêvez d’un monde qui n’existera jamais », a rétorqué l’ancien patron de LCI.

La joute verbale s’est poursuivie. « Vous vous rendez compte comment c’est choquant de voir un mec qui gagne 90 000 balles par mois et qui est en train de dire aux gens : il faut travailler le dimanche », s’est insurgé Soan. Laurent Ruquier a par la suite tenté de faire redescendre la tension en reprenant la parole.

« Je pense que les gens travaillent le dimanche car ils n’ont pas trop le choix. Cependant avec la crise qu’on vit actuellement, je crois qu’il vaut mieux les laisser travailler, à condition de bien les payer », a indiqué l’animateur. Scène qui prouve toutefois que le débat autour de l’ouverture dominicale fait toujours rage en société.