Travail dominical : quels sont les droits aux Royaume-Uni ?

De nos jours, de nombreuses entreprises ouvrent leurs portes le dimanche au Royaume-Uni. Les secteurs les plus concernés sont les magasins, les transports, les restaurants ou encore les installations de loisirs. Mais peu importe la branche, il est désormais fort probable qu’un employeur demande à ses salariés de travailler le dimanche. Mais alors quels sont les droits et spécificités qui régissent le travail dominical au Royaume Uni ?

Les employés du Royaume Uni constatent la généralisation des ouvertures dominicales. En effet, il est aujourd’hui commun dans n’importe quelle branche que l’employeur embauche ses salariés le dernier jour de la semaine. Le travail du dimanche est évidemment encadré par la loi et offre des particularités dans le commerce de détail, l’industrie du pari et même selon la foi religieuse des Britanniques. Eclairage.

Travailler le dimanche, une histoire de contrat 

Au Royaume-Uni, un contrat de travail peut contenir une clause obligeant un employé à exercer le dimanche. Si cette dernière existe, le salarié doit être prêt à se rendre sur son lieu de travail le dimanche. A l’inverse, un salarié dont le contrat ne mentionne pas le travail dominical est dans le droit de le refuser. Une modification à ce sujet peut cependant être trouvée a posteriori de la signature, à condition de trouver un accord entre les parties. Sans quoi l’employé peut rejeter l’ajout du travail du dimanche dans son contrat.

Majoration de salaire en cas de travail dominical 

La loi n’oblige pas les employeurs britanniques à payer plus leurs salariés du dimanche. Le choix d’une majoration de salaire leur appartient. Ils peuvent cependant décider de majorer de 50% ou 100% les travailleurs dominicaux. Une compensation en temps libre pendant la semaine peut aussi être mise en place. Les salariés doivent vérifier les conditions générales de leur contrat. S’il n’y a aucune mention du travail le dimanche, ils doivent demander à leur employeur une rémunération supplémentaire ou des congés.

Les spécificités associées au commerce de détail et à l’industrie des paris 

Les salariés du retail et des paris ont la possibilité de renoncer au travail dominical même si cela est stipulé dans leur contrat. Les employeurs doivent les informer de ce droit dans les deux mois suivant l’embauche. Afin de travailler le dimanche, il convient d’en faire la demande par écrit, avec préavis de trois mois pour l’employeur. Les travailleurs à long terme (27 ans de carrière dans la même entreprise pour le retail, 26 pour le pari) peuvent simplement indiquer leur refus d’exercer le dimanche, sans préavis de trois mois. Cette protection ne concerne que l’Angleterre, le Pays de Galles et l’Irlande du Nord.

La croyance religieuse, motif légitime de refus au travail dominical 

Les chrétiens du Royaume-Uni peuvent refuser de travailler le dimanche. La meilleure approche est d’en parler avec l’employeur. Si tout va bien, il adoptera une attitude raisonnable et adaptera les horaires. Il est illégal de discriminer un membre du personnel en raison de sa foi religieuse. Les croyants doivent s’appuyer sur cette loi en cas de désaccord avec la direction. Cependant, il peut être judicieux de demander conseil aux autorités compétentes ou encore l’aide d’un syndicat avant de se confronter à un employeur.