Colère des ostréiculteurs de Charente-Maritime menacés de ne pas travailler le dimanche

En Charente-Maritime, les ostréiculteurs poussent un coup de gueule. La raison ? Une administration trop tatillonne entourant le travail dominical. 600 producteurs d’huîtres du Département risquent de ne pouvoir honorer toutes leurs commandes pour Noël.

Le coup de feu des fêtes de fin d’année, c’est pour certains ostréiculteurs la certitude d’écouler entre 50 et 75% de leur tonnage d’huîtres. Ce n’est donc pas le mois où les professionnels du secteur comptent leurs jours et heures de travail. Problème, 600 producteurs d’huîtres de Charente-Maritime risquent de ne pas pouvoir travailler les derniers dimanches de décembre à cause d’une réglementation du travail. Une situation qui met également en péril les 400 saisonniers embauchés pour les fêtes de fin d’année.

Une demande de dérogation individualisée

Mais alors d’où vient le problème ? Jusqu’à maintenant, les représentants de l’ostréiculture demandent à l’administration de pouvoir travailler pendant les dimanches de décembre. Désormais, c’est à chaque ostréiculteur de réclamer une dérogation. En effet, la direction régionale de l’économie, de l’emploi, du travail et des solidarités (Dreets), qui depuis des décennies autorisent collectivement les ostréiculteurs à travailler les dimanches de décembre pour pallier un surcroit d’activité, vient de leur refuser ce droit.

«La Dreets a demandé que les ostréiculteurs fassent dorénavant une demande individuelle, qui plus est motivée, pour pouvoir rester ouvert le dimanche», déplore Laurent Champeau, directeur du comité régional de la conchyliculture (CRC). Une nouvelle règle établie le 23 novembre, prenant logiquement de court les professionnels de l’huître. Si certaines entreprises intègrent du personnel disponible pour les formalités administratives, les petits ostréiculteurs qui travaillent seul n’auront à la fois pas le temps, ou encore ne sauront pas comment demander la dérogation.

Les producteurs d’huitres réclament trois dimanches d’ouverture

Les professionnels de l’ostréiculture demandent de pouvoir travailler les 12, 19 et 26 décembre. Les 15 derniers jours de l’année représentent pour certains d’entre eux plus de 50% de leurs ventes annuelles. Pour répondre à la demande, les producteurs d’huîtres souhaitent donc travailler du lundi au dimanche, sans exception. D’autant plus que les dimanches exercés assurent un emploi pour les 400 saisonniers du Département.

« Le 26, notamment, sera incontournable car la veille nous ne travaillerons pas et alors le 26 tous les clients vont téléphoner pour se réapprovisionner rapidement avant la Saint-Sylvestre. Il n’est pas question que nous n’ayons pas, alors, de personnel », s’insurge l’ostréiculteur de l’Éguilles-sur-Seudre Laurent Chiron. Un producteur qui ne comprend pas pourquoi l’administration, « normalement là pour nous aider », stoppe net une procédure bien huilée, collective qui plus est.