Quelles sont les règles qui entourent le droit du travail des agents de maîtrise et des techniciens ?

Le 6 février 2001, la convention collective des entreprises du commerce à distance à été conclue par les organisations syndicales représentatives de salariés et les organisations ou groupement d’employeurs. Cet accord national contient les règles particulières du droit du travail applicables à ce secteur.

En s’y plongeant plus en profondeur, nous trouvons l’avenant « Agents de maîtrise et techniciens ». Il encadre la rémunération, la politique de gestion de carrière et la rémunération du dimanche et jours fériés de cette catégorie de professionnels. Précisions.

La rémunération des agents de maîtrise et techniciens

Les techniciens et agents de maîtrise sont rémunérés au mois. Trois critères déterminent leur salaire individuel. Premièrement, la rémunération est fixée en tenant compte des appointements de base attachés à la fonction, indépendamment de celui qui l’occupe, et déterminés selon la classification de l’emploi à laquelle il est procédé, conformément à un barème minimal de rémunération. Deuxième point : la durée hebdomadaire de travail, avec une base légale ou forfaitaire. Enfin, la valeur professionnelle du technicien ou de l’agent de maîtrise détermine sa rémunération.

Un entretien individuel annuel de gestion de carrière

Chaque année, la direction procède à un entretien avec l’employé afin d’examiner sa situation. Lors de cette rencontre, l’entreprise tient compte des résultats du salarié et de son implication dans la formation afin de déterminer avec lui une politique de rémunération. Ce temps d’échange permet en effet de prendre en compte le niveau des performances obtenues par l’agent de maîtrise ou le technicien par rapport aux objectifs initialement fixés. Les orientations ou objectifs pour le futur font également l’objet de l’entretien. Enfin, les dirigeants analysent les besoins en formation de l’employé.

La rémunération liée au travail dominical et aux jours de fête

Si le salarié se rend exceptionnellement sur l’entreprise un dimanche, les heures de travail ainsi effectuées de jour ou de nuit (de 21 heures à six heures) sont payées en plus de la rémunération mensuelle habituelle. Ajouté à cela, une majoration de 100% de leur rémunération est appliquée, et un repos compensateur équivalent aux heures exercées est accordé dans la quinzaine qui suit. Concernant le travail en période de fête, les conditions sont les mêmes pour les heures de travail payées en sus ainsi que pour la majoration. Si le jour de fête tombe un jour non travaillé dans l’entreprise, un repos compensateur correspondant sera accordé dans les 15 jours suivants et dans un délai maximum d’un an.