Travail dominical illégal : la Fédération des syndicats de Macédoine (SSM) interpelle le gouvernement

Macédoine

Le ton monte sur l’application du travail dominical en Macédoine du Nord. La Fédération des syndicats du pays (SSM) signale que plusieurs secteurs, à l’image des jeux d’argent, violent sciemment la loi en ouvrant le dimanche. Elle souhaite interpeller le gouvernement à ce sujet le 24 janvier prochain.

La Fédération des syndicats de Macédoine tape du poing sur la table. Elle affirme que certaines activités du pays, non concernées par les dérogations au repos dominical, ne respectent pas la loi en embauchant leurs salariés le dimanche. La SSM, qui a par ailleurs déjà porté plainte auprès des secteurs concernés, va interroger le gouvernement sur ce point le 24 janvier. Si ce dernier ne réagit pas, les syndicats menacent d’une grève générale.

La prochaine assemblée réunissant le gouvernement macédonien et la Fédération syndicale risque d’être mouvementée. Au programme : un débat sur le travail du dimanche. La SSM souhaite prévenir l’institution politique que de nombreux secteurs professionnels ne respectent pas le jour de repos hebdomadaire au sein de leurs entreprises. A commencé par celui des casinos et des paris.

Mais il existerait bien d’autres exemples d’employeurs qui violeraient délibérément la loi sur le territoire. La Fédération a déjà annoncé avoir déposé des plaintes auprès de l’inspection du travail et du marché et auprès des ministères compétents. Elle attend maintenant une action ferme du gouvernement. Sans quoi, elle passera à l’action. En effet, la SSM ne souhaite faire aucune concession, et si les problèmes ne sont pas résolus par le dialogue social, elle appellera à une grève générale des employés.

Une autre problématique fera l’objet de la réunion, celle de la rémunération. La Fédération des syndicats exige, dès aujourd’hui, une augmentation du salaire minimum à hauteur de 292 euros ainsi qu’une hausse progressive de la rémunération dans les années à venir.