Bruno Le Maire répond aux inquiétudes du maire de Fougères concernant l’ouverture dominicale des commerces

Il y a déjà quelques années que le maire de Fougères, Louis Feuvrier, s’oppose fermement à la banalisation du travail dominical dans les commerces. Pour se faire entendre, l’élu n’hésite pas à interpeller les ministres à ce sujet par le biais de lettres ouvertes. En novembre 2021, il a écrit au ministre de l’Economie lors de son passage dans l’entreprise fougeraise Orca. Bruno Le Maire lui a répondu dans une lettre du 14 avril.

Le maire de Fougères Louis Feuvrier est inquiet pour la pérennité des petits commerces de sa ville. Le danger selon lui ? La généralisation du travail dominical. D’après l’élu, ouvrir les magasins le dernier jour de semaine installe une concurrence déloyale en faveur des grandes enseignes. Louis Feuvrier a même fait du sujet son cheval de bataille. C’est pourquoi il n’hésite pas à s’adresser aux ministres afin de leur faire part de sa position.

En 2019, il a par exemple écrit une lettre ouverte au Premier ministre de l’époque Edouard Philippe. Un an plus tard, c’est la ministre de la Cohésion territoriale Jacqueline Gourault qui a été interpellée. Puis le Premier ministre Jean Castex en octobre 2021. Le dernier membre du gouvernement à avoir été visé est Bruno Le Maire. En novembre dernier, le ministre de l’Economie a visité l’entreprise Orca située à Fougères. L’occasion pour Louis Feuvrier de lui adresser une lettre rappelant que le travail dominical fragilise le dynamisme économique de sa commune. Quatre mois plus tard, Bruno Le Maire lui a répondu par écrit.

« Je partage largement votre préoccupation d’un développement équilibré du commerce et d’assurer la vitalité de votre centre-ville », commence le ministre de l’Economie. Il poursuit en se réjouissant que la ville de Fougères « ait pu bénéficier du programme Action cœur de ville qui témoigne de l’attention que le gouvernement porte depuis près de cinq ans aux villes moyennes ». Pour information, il s’agit ici d’un programme national visant à aider 222 petites et moyennes villes à redynamiser leur centre-ville.

Dans la suite courrier, le ministre rappelle à Louis Feuvrier que ce dernier a les moyens d’agir s’il considère que l’ouverture dominicale met en péril les commerces de proximité fougeriens. En effet, une loi du 21 février 2022 « prévoit que les présidents d’établissements publics de coopération intercommunale ayant constaté un déséquilibre du tissu commercial de proximité puissent organiser une concertation préalable à des accords locaux de régulation de jour d’ouverture au public de certains établissements commerciaux, traduits par arrêté préfectoral ».

A ce cadre légal s’ajoute celui prévu par le Code du travail. Une loi issue de ce recueil « permet déjà aux accords locaux et aux dispositifs des arrêtés préfectoraux de fermeture hebdomadaire d’interdire les ouvertures de commerce s’il s’agit d’une demande partagée par les représentants des entreprises et des syndicats », détaille Bruno Le Maire. Le ministre de l’Economie précise ensuite que les établissements concernés par des mesures seront désignés « en lien avec les besoins du public et le principe d’une concurrence équitable entre commerces dans les contraintes qui leur sont fixés ».

Reste à savoir si Louis Feuvrier sera convaincu par les arguments avancés par l’ancien député LREM. Quoi qu’il en soit, Bruno Le Maire conclut sa lettre en réitérant son soutien au maire et à la ville de Fougères : « Soyez assuré que le gouvernement reste pleinement mobilisé aux côtés des collectivités territoriales pour contribuer à la redynamisation commerciale et à la pérennité du commerce de proximité ».