preloader
Actualité

Les Français sont-ils vraiment opposés à l’ouverture des magasins le dimanche ?

Les Français sont-ils vraiment opposés à l’ouverture des magasins le dimanche ?

Malgré les réactions hostiles à l’ouverture dominicale d’un hypermarché Géant Casino en août dernier, 7 Français sont 10 sont désormais favorables à ce que les commerces ouvrent leur porte le dimanche selon un sondage YouGov réalisé en décembre 2019. Une évolution qui suit logiquement celle des modes de consommation, notamment dictés par le e-commerce.

L’ouverture expérimentale de l’hypermarché Géant Casino à Angers le dimanche après-midi depuis le 22 août a fait couler beaucoup d’encre ces derniers mois. Pour la CGT, celle-ci n’est rien de moins qu’une « régression sociale » et une pratique « destructrice d’emplois ». Si le syndicat de Philippe Martinez conteste le principe de l’ouverture dominicale, celui-ci refuse en outre la prise de relais passé des 13 heures par des caisses automatiques. Celle-ci permet pourtant de concilier les ouvertures le dimanche avec le repos dominical des hôtesses de caisse. Le syndicat se défend cependant de tout archaïsme en bottant en touche : « Nous ne sommes pas contre le modernisme. Mais il doit profiter aux travailleurs, pas aux actionnaires », se justifiait ainsi Didier Testu de l’Union locale CGT d’Angers à Ouest France.

Malgré les actions organisées par la CGT, parfois émaillées de dérapages graves de la part des manifestants, la société continue d’évoluer très rapidement sur la question des ouvertures des commerces le dimanche. Près de 7 Français sur 10 et 78% des millennials y sont désormais favorables selon un sondage réalisé par l’institut YouGov en décembre 2019. D’après cette même étude, 76% des personnes interrogées estiment que chacun doit être libre de travailler dimanche à condition que l’employeur respecte les droits des salariés. 42% des personnes interrogées considèrent par ailleurs que le travail le dimanche permet de lutter contre le chômage. Arc-boutée sur l’interdiction des ouvertures dominicales, la CGT apparaît de plus en plus en décalage avec d’autres tendances qui se font jour dans la société française.

Au-delà de ce que les Français veulent bien dire de ce qu’ils pensent de l’ouverture des magasins le dimanche, ceux-ci modifient dans le même temps leurs habitudes de consommation et voient leur rapport au temps évoluer du fait de la digitalisation et de l’importance croissante prise par le e-commerce. Selon le dernier baromètre de la FEVAD, 9 Français sur 10 achètent désormais en ligne sur des sites marchands qui ne connaissent ni restrictions horaires, ni jours de fermeture – y compris le dimanche. Ceux-ci concurrencent directement les enseignes physiques avec un avantage certain du fait de leur accessibilité sans limite. Une concurrence à certains égard déloyale – et qui n’est pas sans conséquences sur l’emploi, quoique la CGT feint de l’ignorer.

Qu’il s’agisse de s’aligner sur la concurrence du e-commerce ou de répondre aux besoins des consommateurs qui souhaitent consommer en décalé des horaires conventionnels, l’ouverture le dimanche des enseignes physiques s’impose de plus en plus comme une nécessité économique pour le secteur du retail. Le consensus de plus en plus large dans l’opinion française en faveur de l’ouverture dominicale suffira-t-il à venir à bout des dernières résistances ?

Partager :